Lancée il y a de cela un mois, la campagne des primeurs 2011 trainait en longueur.  Ces derniers jours ont vu de nombreux Châteaux de premier plan communiquer le prix de leurs flacons pour le millésime 2011.

Margaux, Lynch-Bages, Angélus, Haut-Brion font partie de la quarantaine (sic) de sorties de la journée de Mardi. Comme ce fût le cas pour les sorties du début de campagne, les prix sont en baisse par rapport à 2010. Là encore ces baisses ne correspondent pas à celles réclamées par le marché. Bilan : peu de vins se vendent correctement.

Les notes de Parker, la qualité du millésime, le contexte économique, les élections Françaises et Américaines ainsi que la transition en Chine forment il est vrai un ensemble de facteurs peu favorables. Il n’en reste pas moins que le principal frein à l’achat reste le prix.

Parmi les Bordeaux 2011, seuls ceux placés à un prix proche de 2008 ou en deçà des cours des millésimes déjà disponibles semblent trouver preneur.

Berry Bros. & Rudd, l’incontournable distributeur de Saint James’s Street parle presque de catastrophe.  L’ensemble des vins sortis ce Mardi a rapporté au distributeur Londonien 1,2 millions de Livres cette année contre 8 millions l’année dernière.  Malgré l’effet millésime, une telle différence est considérée comme anormale.

L’Europe et l’Amérique commandent peu et de manière très sélective. De leur côté les Chinois, échaudés par les baisses de prix des 2010 n’interviennent eux aussi que très peu sur le marché des 2011.

Pour les opérateurs, l’achat en primeurs est logiquement motivé par l’unique perspective de faire des profits. Hors Premiers Crus, le marché n’a accueilli positivement que quelques étiquettes comme Lynch-Bages et Pontet-Canet.

Repus par une succession de grands millésimes, les Bordelais peuvent se permettre d’étaler dans le temps la vente du 2011. Les prix élevés peuvent donc s’expliquer par une volonté de positionner leur marque sur un segment prix de manière pérenne.  Le tout est de ne pas se tromper de segment : Chateau Quintus 2011, détenu par les propriétaires de Haut-Brion et anciennement connu sous le nom de Tertre Daugay, est sorti à 96€ soit une hausse stratosphérique de 471% par rapport au 2010…